Restrictions d’accès et entreposage de produits inflammables

Comme les commerces (occupation du groupe E) de la grande région de Montréal ont rouvert le 25 mai dernier, ceci est une excellente opportunité de rappeler certaines exigences relatives aux moyens d’évacuation, de circulation et d’entreposage de produits inflammables. Ce qui suit est une sorte de mise en garde contre la négligence des risques réglementés habituels que la pandémie pourrait faire oublier.

Ouverture des commerces : accès restreint, sortie restreinte

Le 25 mai dernier, seuls les commerces (usage du groupe E) ayant une entrée extérieure avaient la possibilité de rouvrir aux clients. Or, beaucoup de ces commerces possèdent une entrée par le mail d’un centre commercial. D’ailleurs, l’accès par le mail représente souvent un des seuls moyens d’évacuation prévus par le concept architectural. Dans le contexte de pandémie actuel, l’accès au mail est contrôlé pour des raisons sanitaires, cependant la sortie par ce mail doit demeurer libre en tout temps. Ainsi, en l’absence d’un second moyen d’évacuation d’un commerce (groupe E), il en résulte les contraintes d’occupation et de superficie commerciale utilisable suivantes :

  • Maximum de 60 personnes;
  • Distance de parcours à la sortie unique d’au plus :
    • 25 m si le bâtiment est protégé par gicleurs;
    • 15 m dans le cas contraire;
  • Superficie maximale du commerce :
    • Limité par la distance de parcours si le bâtiment est protégé par gicleurs;
    • 150 m2 dans le cas contraire.

Par ailleurs, les centres commerciaux rouvriront aussi dans un avenir rapproché.  Le contrôle des portes d’issues afin de limiter le nombre de personnes pourrait aussi poser des problèmes de distance de parcours dans les moyens d’évacuation.  Les propriétaires de ces bâtiments devront porter une attention particulière à ce sujet.

Nouveau parcours : ne pas créer de labyrinthes!

En ces temps de pandémie, les réaménagements de la configuration des commerces pour des raisons sanitaires ne doivent pas créer de nouveaux risques. Ainsi, pour bien faire, bien des commerces auront tendance à bloquer certaines allées afin de créer une circulation à sens unique. Ce faisant, il peut en résulter des distances de parcours à l’issue qui excèdent les limites permises. Il peut aussi en résulter des situations où une partie de l’aménagement est mal desservi par les moyens d’évacuation. De plus, le positionnement du mobilier, des marchandises et des étagères doit être évalué par un professionnel des règles de sécurité sur les aires de plancher afin de ne pas enfreindre les règles et affecter négativement la sécurité des occupants.

Entreposage de produits inflammables

Finalement, pour des raisons hygiéniques, certaines entreprises stockeront des quantités appréciables de désinfectant pour les mains. Rappelons que les désinfectants pour les mains à base d’alcool (ABHS Alcohol-based hand sanitizer) possèdent une concentration typique située entre 60 et 70 % d’alcool éthylique, ce qui correspond à un liquide inflammable. Le stockage de ce produit est d’ailleurs régi par les dispositions de la partie 4 du Code national de prévention des incendies du Canada. Il s’agit de règles contraignantes pouvant limiter les quantités et l’endroit de stockage (p. ex. le stockage est interdit en sous-sol). Nous invitons donc les concepteurs à considérer le respect des dispositions de la sous-section 8.7.3.3 de la norme NFPA 101-2018 lorsqu’il est question de positionner des distributeurs de désinfectant à main.

Pour en apprendre plus

Technorm offre plusieurs cours en ligne pour aider les architectes, ingénieurs et autres professionnels à mieux concevoir les espaces publics. Consultez notre site pour trouver le sujet qui vous intéresse.

 

Des questions sur le sujet ? Contactez l’auteur de l’article!

Par Frédéric Lévesque, ing.,  Chef d’expertise- Codes, normes et sécurité incendie

Articles recommandés