Il s’agit d’une question commune après un sinistre par l’eau. La réponse, comme le démontre souvent l’étendue du sinistre, est : non. Pourquoi? Les scellants observés autour des pénétrations (tuyauterie, câbles, etc.) sont des scellants coupe-feu… et non coupe-eau!

C’est quoi, un coupe-feu?

Le Code de construction du Québec, Chapitre 1 – Bâtiment exige que :

3.1.9.1.1) [..] lorsque des pénétrations traversent une séparation coupe-feu ou une paroi faisant partie d’un ensemble de construction pour lequel un degré de résistance au feu est exigé :

a) le joint autour de ces pénétrations doit être obturé par un coupe-feu qui, lorsqu’il est soumis à l’essai selon la norme CAN/ULC-S115, « Essai de comportement au feu des ensembles coupe-feu », obtient une cote F au moins égale au degré pare-flammes exigé pour les dispositifs d’obturation dans la séparation coupe-feu, […]

D’autres configurations (garages, vides techniques horizontaux, etc.) exigent une « cote FT » selon cette même norme. D’autres encore, la tuyauterie de gicleurs par exemple, profitent d’allégements.

Ce même code définit par ailleurs :

Coupe-feu (fire stop): ensemble constitué d’un matériau, d’un composant et d’un support utilisé pour remplir les interstices entre des séparations coupe-feu, entre des séparations coupe-feu et d’autres ensembles, ou autour d’éléments qui pénètrent dans une séparation coupe-feu ou la traversent.

Les cotes F et FT

La norme CAN/ULC-S115 explique :

La cote F est fondée sur l’occurrence de flammes à la surface non exposée.

La cote FT est fondée sur un critère d’augmentation de la température et l’occurrence de flammes à la surface non exposée.

Produits couramment utilisés

Les deux (2) produits les plus couramment observés comme partie d’un ensemble coupe-feu autour des pénétrations sont: 

  • un scellant, ou mastic (« caulking » en anglais), le plus souvent de couleur rouge; et 
  • un collet, aussi appelé collier (ou « collar » en anglais).

On retrouve aussi des rubans, des coussins, des briques, des plaques, des bouchons…

La majorité de ces produits fonctionnent selon le principe de l’intumescence : c’est-à-dire qu’ils se dilatent lorsqu’ils sont exposés au feu. C’est donc dire qu’ils n’occupent pas nécessairement tout l’espace disponible autour de la pénétration tant qu’ils ne sont pas exposés au feu. C’est pourquoi ils ne sont pas étanches à l’eau.

Rappelons par ailleurs que ce n’est pas le produit qui possède la cote F ou FT, mais bien l’ensemble composé d’un matériau, d’un composant et d’un support; le tout approuvé comme un ensemble, aussi appelé dispositif (ou « system » en anglais), selon la norme CAN/ULC-S115.

Mais vraiment, rien qui serait étanche à l’eau?

La norme UL 1479 Fire Tests of Penetration Firestops est un « équivalent américain » de la norme CAN/ULC-S115. Cette norme inclut une cote W, pour « water » : la cote W est basée sur la résistance à l’eau de l’échantillon d’essai (notre traduction).

Pour obtenir la cote W selon cette norme : l’échantillon doit soutenir une pression minimale de 3 pieds d’eau pendant un minimum de 72 heures dans la chambre d’essai.

Donc… la cote W, c’est le futur?

Il n’y a actuellement aucune exigence réglementaire pour la cote W de notre côté de la frontière. Peut-être viendront-elles dans le futur?

Chose certaine, des ensembles coupe-feu comportant aussi la cote W existent déjà. Il pourrait être intéressant pour les concepteurs d’en exiger l’utilisation à des endroits plus à risques de sinistres par l’eau : une salle mécanique au haut d’un bâtiment de grande hauteur, par exemple. Ce choix, combiné à une stratégie de conception conséquente, pourrait permettre de limiter les dommages en cas de sinistre par l’eau.

Ok, mais… s’il n’y a rien du tout, c’est normal?

Une analyse sera requise pour déterminer si c’est normal ou non. La norme CAN-ULC-S115 (à l’époque CAN4-S115) existe depuis 1985. Elle est exigée, dans certaines situations, depuis le Code national du bâtiment 1990. 

Vous souhaitez en connaître davantage? Contactez l’auteur!

 

Sources : 

– Code de construction du Québec, Chapitre 1 – Bâtiment, et Code national du bâtiment 2015 (modifié)
– CAN/ULC-S115 :2011-R2016 Méthode normalisée d’essais de résistance au feu des dispositifs coupe-feu
– UL 1479 Fire Tests of Penetration Firestops, Edition 4

Articles recommandés